14/12/2017

L'illusion de pouvoir faire mieux que le marché

Seule la chance permet de faire mieux que le marché

C'est une croyance ancrée chez beaucoup de gens, celle de croire qu'on peut battre le marché actions en sélectionnant minutieusement les bonnes entreprises, en analysant des comptes de résultats ou des graphiques, en lisant la presse financière, en écoutant les meilleurs investisseurs...

Malheureusement, les études scientifiques sur le long terme sont catégoriques : pour gagner contre le marché (c'est-à-dire offrir un meilleur rendement sur le long terme), il faut soit avoir de la chance (statistiquement, cela arrive à beaucoup de personnes), soit avoir des informations priviligiées d'initiées (inaccessible pour la plupart des gens).

Quant au trading (action d'acheter et de vendre des actifs sur une fenêtre de temps réduire pour espérer faire gagner sur le long terme), c'est mathématiquement un jeu à somme nulle. En effet, les gains des uns se font sur les pertes des autres. Beaucoup de particuliers y dépensent énormément tout comme on dépense son argent au casino en espérant pouvoir gagner contre le hasard.

Vous n'y croyez pas ? Alors je vous invite à comparer votre performance boursière sur plus de 20 ans par rapport à ce qu'à fait le S&P 500 ou le MSCI World, dividendes inclus évidemment. Et vous verrez, hormis la chance que certains peuvent avoir eu à acheter et garder des pépites boursières, il est très rare de voir des portefeuilles avec un rendement annuel de 8 % net de frais.

Quelles sont ces études qui montrent qu'il est vain de vouloir battre le marché ?

Une étude de 2013 de la Cass Business School (mais déjà réalisée par le passé de nombreuses fois) montre que choisir aléatoirement ses actions dans un indice boursier est aussi efficace que demander à des spécialistes de choisir les meilleures actions. C'est le fameux test du singe contre l'investisseur.

La littérature scientifique est aussi très riche sur l'efficience des marchés, basée sur des historiques concrets et des performances réelles de fonds. Tout comme sur l'investissement passif et sa supériorité sur l'investissement actif. Je vous invite à utiliser notre ami Google Scholar pour les retrouver avec les mots clés lazy investors ou beat the market. Sinon, des articles plus grand public sont disponibles ici et .

De nombreuses analyses disponibles grâce aux historiques sur Internet montrent qu'à peine 5 % des fonds gérés activement battent leurs indices de référence, une fois les frais de gestion déduis et en incluant les dividendes sur les indices. Le blog Epargnant 3.0 en a fait une synthèse intéressante. Je vous invite aussi à consulter la bibliographie de ce blog qui est très fourni en études et livres expliquant qu'il est vain de chercher à faire mieux que le marché.

Engene Fama (prix Nobel d'économie en 2013) a aussi publié de nombreuses recherches qui montrent que face à des marchés presque efficients, seul le hasard avec la chance permet de faire mieux que les indices boursiers.

Enfin, aucune étude scientifique qui fasse consensus n'a montré la supériorité d'une gestion active, c'est-à-dire celle de sélectionner des actions au profit d'autres, sur des critères spécifiques. Tout comme il n'existe aucune étude sur une soi-disante méthode miracle pour faire significativement mieux que le marché actions à coup sûr.

Il n'y a rien de surprenant à cela dans le sens où de nos jours, avec la réglementation en cours, les technologie de l'information et les nouvelles technologies, les marchés sont de plus en plus efficients. Ainsi, une entreprise ayant des perspectives très bonnes aura forcément une action bien valorisée. A l'inverse, une action mal valorisée est signe que l'entreprise va mal et qu'il est très risqué d'y investir son argent.

De plus, si vous êtes convaincu qu'une action va fortement augmenter dans les mois et années à venir, demandez-vous pourquoi êtes-vous le seul à le penser ? Et si vous dites que vous n'êtes pas le seul à le penser, demandez-vous pourquoi l'action n'a pas déjà augmenté avant de l'avoir acheté ? Qu'est-ce qui vous fait dire que vous êtes en avance sur les autres investisseurs ?

Il y a bien souvent dans les investissements beaucoup de conviction personnelle et de croyance soumise au biais de confirmation...

Mais alors pourquoi certains continuent de croire qu'ils peuvent battre le marché ?

Plusieurs raisons et biais cognitifs expliquent que certains restent persuadés de pouvoir faire mieux que le marché. La première est que nous avons tendance à sur-estimer nos capacités intellectuelles, et sous-estimer celles des autres. Pourtant, en finance, vous vous mesurez aux investisseurs les mieux renseignés et aux programmes informatiques les plus réactifs. Plus globalement, sur le marché actions, vous êtes face à l'intelligence collective (reflétée par les cours des actions) des meilleurs investisseurs de la planète !

Deuxièmement, le biais de confirmation nous incite à croire que nous faisons les bons choix mais nous oublions trop vite nos erreurs, et nous nous remettons hélas trop peu en cause.

Enfin, il existe tout un écosystème qui cherche à nous vendre des conseils financiers dans les médias, la presse, les banques, les sites internet, etc. Celui-ci n'est pas prêt de mourir tant qu'il y aura des personnes suffisamment peu renseignées pour y croire.

De toute façon, statistiquement, il y aura toujours des gagnants qui battront le marché par la chance et donc, cela continuera à alimenter cette illusion. Pour illustrer ce phénomène, je vous invite à relire cette histoire que j'ai inventée dans un billet précédent.

Et si vous avez réussi à battre le marché sur le long terme, alors estimez-vous heureux car vous êtes chanceux !

Battre le marché, un coup de chance !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire