19/01/2018

Changement mineur à venir sur le tracker Amundi MSCI World éligible PEA (FR0010756098)

Modification en vue sur l'ETF Amundi MSCI World

Ma banque en ligne m'a prévenu dès lundi par un courriel d'une modification à venir sur le tracker Amundi MSCI World (FR0010756098), éligible au PEA. Déjà, comme quoi, les banques en ligne offrent une très bonne qualité de service car ce n'est pas toujours le cas d'être prévenu si vite pour ce genre de changement.

En effet, comme tous les détenteurs de titres de ce fonds ETF, j'ai reçu un document d'OST (Opération Sur Titre) dont vous trouverez ci-dessous une capture d'écran.


Comme vous pouvez le constater, le tracker phare d'Amundi qui suit les performances de l'indice MSCI World et qui est éligible au PEA va être absorbé au sein d'un autre fonds dénommé Amundi MSCI World (LU1681043599) qui est domicilié au Luxembourg.

Un changement transparent pour l'investisseur

Faut-il y voir un risque particulier ou des changements de conditions particulières ? Je me suis renseigné directement auprès du service client d'Amundi ETF. Vous pouvez aussi facilement les contacter via leur formulaire et ils répondent généralement assez rapidement (tout comme Lyxor ETF).

Voici ce que m'a répondu Amundi : Il s'agit simplement d'un changement de domiciliation du fonds de la France vers le Luxembourg qui n'entraine aucune modification de ses caractéristiques : objectif de gestion, structure de frais, éligibilité au PEA.

Autrement dit, vous pouvez dormir tranquille ! Votre ligne va juste changer de nom et de code ISIN, le fonds va être domicilié au Luxembourg, très certainement pour des raisons fiscales. Vous ne perdrez rien, et il n'y aura aucun frais de transfert. Le nouveau fonds continuera à suivre les performances du MSCI World avec les mêmes frais de gestion. Et bien sûr, il restera éligible au PEA.

Quand aura lieu ce changement ? A partir du 12 avril 2018 à 17h01, les transactions sur l'ancien tracker seront suspendues. Puis le 18 avril, votre ligne de l'ancien ETF sera remplacée par le nouveau tracker. Rien de plus simple !

15/01/2018

Le bilan de 4 ans avec une banque en ligne

Très satisfait de ma banque en ligne

Voilà maintenant 4 ans que j'utilise avec mon épouse une seule banque en ligne pour toutes nos dépenses : Fortuneo. Nous y logeons de plus nos assurances-vie, nos livrets A et LDDS ainsi que nos PEA. Et nous le regrettons absolument pas, bien au contraire !

Tout d'abord, niveau qualité du service, nous n'avons connu aucun problème. J'ai déjà contacté le service client directement via la messagerie en ligne pour des questions sur l'ouverture d'assurance-vie ou de livrets pour mes enfants, et j'ai eu mes réponses très rapidement. De plus, je n'ai jamais été harcelé par le service client ni par des partenaires pour me vendre d'autres services.

Quant à l'interface du site pour gérer son compte, il est clair que ce n'est pas le plus beau esthétiquement mais c'est simple et efficace. Rapide et très rarement en maintenance, c'est un bon point vu que vous allez devoir tout faire en ligne. Vous pouvez gérer vos plafonds de paiement de cartes de crédits, consulter les tarifs, ouvrir des livrets, échanger avec la banque, consulter vos documents administratifs, etc.

Le tarif, lui, est quasiment imbattable. Concernant la gestion quotidienne, nous avons 2 cartes Gold et comme vous pouvez le voir, depuis 2014, les frais annuels n'ont pas bougé d'un centime. Je paye donc seulement 30 € tous les ans pour assurer mes 2 moyens de paiement (Mastercard Gold pour mon épouse et moi-même). Autrement, il n'y aucun autre frais cachés ! Nous pourrions passer à la gamme supérieure de cartes (Mastercard Platinum) sans aucun frais non plus. Sachez qu'avec une Gold ou une Platinum, vous bénéficiez de plafonds de paiement très élevés, des assurances sur vos voyages ou quand vous skiez ainsi que de services particuliers payant à la demande (conciergeries, fleuristes, taxis, etc.).

Frais annuels depuis 2014 dans ma banque en ligne

Pour le PEA, j'ai déjà fait un comparatif des différents frais pour un PEA dans un précédent billet, et Fortuneo propose une gamme de tarifs très compétitifs. Idem pour l'assurance-vie où nous avons un large choix de fonds et très peu de frais de gestion. Fortuneo propose 2 fonds en euros, dont un particulièrement performant (Suravenir Opportunités) qui figure parmi les meilleurs du marché.

Concernant les points faibles, on pourrait regretter les points suivants :
  • Impossibilité de déposer des espèces. Donc si vous êtes commerçant ou que vous avez une activité générant beaucoup d'argent en espèces, je vous déconseille de n'avoir que Fortuneo comme banque.
  • L'encaissement des chèques se fait par envoi postal, et ils ne fournissent pas d'enveloppe pré-affranchis donc vous aurez ce petit frais supplémentaire à payer. Bien entendu, vous pouvez grouper vos envois.
  • Pas d'autres services proposés comme des assurances logement ou voitures.
Quant aux prêts immobiliers, Fortuneo les propose depuis peu mais je n'ai pas pu tester en détails donc je ne sais pas ce que ça vaut.

Enfin, c'est vrai que de nombreuses personnes hésitent à n'avoir qu'une banque en ligne et donc qu'un seul moyen de paiement (ou deux si vous êtes en couple). Il y a toujours cette crainte que la carte soit bloquée ou inutilisable, et donc d'être coincé(e) en attendant la résolution du problème. Cependant, je crois que ce risque existe pour n'importe quelle banque, qu'elle soit uniquement en ligne ou non.

Si vous souhaitez tester une banque en ligne sans aucun engagement et bénéficier d'une prime de 80 euros, n'hésitez pas à utiliser mon code de parrainage Fortuneo : 12644522. En règle général, quand vous souscrivez à une nouvelle banque, je vous conseille fortement d'utiliser un code parrainage pour bénéficier de primes (vous en trouverez sans problème sur Internet).

Profitez de l'offre de parrainage Fortuneo

12/01/2018

Quelques conseils pour mieux gérer votre PEA-PME

Gérer son PEA-PME n'est pas si difficile

Contrairement au PEA où la gestion passive est très simple à l'aide de trackers diversifiés, le PEA-PME nécessite un peu plus de gestion comme nous l'avions vu dans ce précédent article. Très souvent, les particuliers font les erreurs classiques de l'investisseur débutant et c'est pour cela que je vais lister ici quelques règles à respecter pour gérer facilement votre PEA-PME.

Diversifiez vos placements avec entre 20 et 40 lignes différentes

Contrairement à un PEA où on peut se contenter de 2 ou 3 lignes à l'aide de trackers MSCI World ou autres (car ces trackers incluent des milliers d'entreprises différentes dans le monde), il n'y a pas de fonds convaincants éligibles au PEA-PME. Cela sera donc à vous de construire un peu votre propre tracker en prenant des actions d'entreprises sur des secteurs différents. Je vous conseille d'acheter des actions d'au moins 20 entreprises différentes, sans dépasser 40 car au-delà vous aurez du mal à amortir vos frais de courtage. N'oubliez pas que la limite de dépôt sur un PEA-PME est de 75 000 € contrairement à 150 000 € pour un PEA classique.

Vous trouverez la liste de toutes les entreprises éligibles au PEA-PME sur le site d'Euronext. Ne restez pas concenctré sur un type d'entreprise et varier aussi bien en termes de secteurs industriels que de tailles d'entreprise et d'ancienneté.

Diversifier est la clé du succès dans un PEA-PME

Attendez d'avoir une épargne importante pour investir dans un PEA-PME

Si votre PEA n'est pas plein, il y a peu d'intérêt (voire aucun) à ouvrir un PEA-PME. Autrement, attendez d'avoir au moins 20 000 € pour investir sur votre PEA-PME. En effet, avoir 20 et 40 lignes va vous coûter pas mal de frais de transactions (entre 100 et 500 € en fonction de vos achats et de votre banque) et plus vos achats seront importants, plus ces frais de courtage seront amortis.

Si vous comptez ouvrir un PEA-PME, cela signifie que vous avez une épargne importante et un PEA plein, donc cette somme minimale devrait pouvoir être collectée assez rapidement.

Achetez progressivement, jamais tout d'un coup

Les marchés sont capricieux, pire que l'humeur d'un jeune enfant. Pour éviter d'acheter au plus haut, au moment d'une euphorie boursière, il faut acheter (et aussi vendre) progressivement au fil du temps. Etalez vos achats tout au long de l'année voire sur plusieurs années. L'investissement en actions est un placement long terme sur plus de 10 ans.

N'hésitez pas à couper vos pertes et laissez courir vos gains

C'est un adage tellement classique... Et tellement peu respecté par les investisseurs débutants. Souvent, les débutants pensent que tant que ce n'est pas vendu, ce n'est pas perdu. Ce raisonnement est faux dans le sens où vous bloquez de l'argent qui pourrait être bien mieux investi ailleurs. Ainsi, vous négligez complètement le coût d'opportunité associé à une ligne en forte moins-value et qui mettra peut-être des années avant de retrouver son niveau.

Il vaut mieux savoir accepter ses erreurs (après tout, il y a une part de hasard non négligeable) et de vendre une ligne en difficulté pour acheter d'autres actions plus rentables.

De même, il ne faut pas se précipiter pour prendre ses gains dès qu'il y a 50 % de plus-values ou une forte hausse récente. Il suffit de le voir sur de nombreuses actions et même sur les indices : les hausses peuvent aussi durer plusieurs années. Laissez courir vos gains signifient qu'il vaut mieux garder ses actions qui sont rentables surtout s'il n'y a pas d'autres opportunités ailleurs. Un bon investisseur est celui qui a de nombreuses lignes d'investissement ayant fait fois 10 !

Acheter au fil de l'eau permet de lisser les risques et aléas du marché

Tenez-vous informer des événements majeurs impactant vos investissements

Sur les plus petites entreprises, le risque de faillite ou de fraude est plus important. Leur modèle économique est aussi parfois plus fragile. Certaines biotechs dépendent très fortement de résultats médicaux. Et donc, pour toutes ses raisons, la valorisation d'une petite entreprise peut chuter très rapidement. Pour couper vos pertes dans certaines situations difficiles, il vous faudra être au courant des événements majeurs concernant vos entreprises.

Pour cela, le mieux est d'utiliser une application mobile permettant de suivre l'actualité financière à l'aide d'alertes sur vos valeurs en portefeuille. Il en existe de nombreuses. Mes préférences vont vers MSN Finance et celle de TradingSat Bourse. Il est aussi possible de s'abonner par e-mail à des alertes sur certaines entreprises à travers de nombreux sites comme par exemple Investir. Enfin, vous pouvez aussi écouter BFM Business pour vous tenir informer de l'actualité des marchés.

Bien sûr, dans une optique de gestion la plus passive possible, il ne faut pas tomber dans l'excès d'informations et de vérifier toutes les heures ce qu'il se passe sur vos actions. Vous n'êtes pas un trader ou investisseur professionnel, et la plus-value d'une telle activité pour un particulier est faible voire inexistante. Vous ne pourrez pas, de toute façon, être plus rapide que le marché. En prenant le risques d'investir sur de petites entreprises, vous prenez le risque de faire des pertes plus importantes sur le court terme.

Soyez patient !

La richesse, c'est le Travail x le Temps x la Chance. Donc à moins d'être très chanceux, votre PEA-PME vous rapportera beaucoup d'argent à partir de plusieurs années voire plus de 10 ans. De plus, il faut accepter perdre et être en moins-values sur quelques lignes. Statistiquement, il vous sera très difficile d'être gagnant partout. Enfin, vous n'êtes pas à l'abri d'une crise boursière qui peut durer 3 ou 4 ans. Il faudra en profiter pour continuer à investir progressivement et prendre son mal en patience jusqu'à ce que les marchés repartent à la hausse, comme ce fût le cas pour les dizaines de crises précédentes...

Patience et sang-froid sont les meilleurs alliés de l'investisseur particulier. On dit qu'il faut avoir vécu au moins une crise boursière pour devenir un boursicoteur expérimenté !

La patience et le sang-froid sont vos meilleurs alliés

09/01/2018

Comment répartir son épargne entre les différents supports d'investissements ?

Apprenez à optimiser la répartition de votre épargne

Difficile de s'y retrouver parmi les nombreux livrets et supports d'investissements, et encore plus difficile de bien répartir son épargne parmi ces possibilités. Je vous donne ici quelques pistes de réflexion et astuces pour apprendre à mieux gérer votre épargne.

Quelles sont vos dépenses mensuelles et votre capacité d'épargne ?

Tout d'abord, la première question à se poser est de mesurer combien vous dépensez par mois, en tenant compte de tout. Le mieux pour cela est de faire un suivi précis de vos dépenses à l'aide soit d'une application, d'une extraction de ses comptes en format Excel ou tout simplement en notant régulièrement sur un bloc-notes ou un smartphone. L'idéal est de le faire sur un an pour bien prendre en compte toutes les dépenses exceptionnelles (impôts, régularisation énergie, assurances, etc.).

Ensuite, en comparant par rapport à vos revenus, vous en déduirez votre capacité d'épargne, c'est-à-dire le montant que vous pouvez mettre en épargne. Si vous ne pouvez pas mettre plus de 50 € par mois en moyenne, alors je pense qu'il est encore un peu tôt pour penser à répartir son épargne sur de nombreux supports d'investissements. Si vous souhaitez épargner pour l'avenir, il faut déjà commencer à maitriser ses dépenses pour pouvoir épargner au moins 50 € par mois.

Livrets A et LDDS : réserve de liquidités pour les aléas et vos dépenses court/moyen terme

Les avantages de ces livrets sont qu'ils sont totalement défiscalisés et l'argent logé est disponible à tout moment. Une règle un peu brutale consiste à avoir sur les livrets de quoi couvrir environ 6 mois de dépenses. Bien entendu, c'est à moduler en fonction de votre situation professionnelle (stabilité, risques de perte d'emploi, etc.) et aussi des dépenses exceptionnelles qui risquent d'arriver sur le court terme (moins de 2 ans) comme l'achat d'une voiture ou des travaux importants.

Personnellement, mon ménage dépense environ 6 000 € par mois. Avec deux livrets A (un pour ma conjointe et un pour moi-même), nous avons entre 30 000 et 40 000 € sur nos livrets en fonction de nos besoins court et moyen terme.

PEE/PEG et PERCO : plan d'épargne pour salariés à utiliser pour l'intéressement et la participation

Comme je vous en parlais dans cet article, le Plan d'Epargne Entreprise (et aussi le PERCO pour celles et ceux qui ont le droit) est un excellent support d'investissement à utiliser sans hésiter pour placer son intéressement et sa participation, afin de bénéficier d'exonération d'impôts sur les revenus et aussi des abondements de l'entreprise. Autrement, je pense qu'il ne présente pas plus d'avantages qu'un PEA et une assurance-vie, deux supports complémentaires largement suffisants.

Assurance-vie : une épargne régulière et diversifiée, investie sur le long terme

L'assurance-vie est généralement le premier support d'épargne utilisé par les français. Ses principaux avantages sont sa fiscalité douce après 8 ans ainsi que sa fiscalité pour les héritages. De plus, l'assurance-vie permet d'investir sur des produits très variés, comme je vous le décris dans ce billet.

Sans compter l'intéressement et la participation, vous pouvez consacrer à votre assurance-vie environ 50 % de votre capacité d'épargne. Dans mon cas personnel, mon ménage épargne tous les mois 500 € sur une assurance-vie. Cela permet ainsi de lisser les aléas du marché et d'éviter d'acheter au plus haut.

PEA et PEA-PME : une épargne dynamique pour prendre des risques sur le long terme

Le principal avantage du PEA (et aussi du PEA-PME) est sa fiscalité très avantageuse. En adoptant une stratégie d'investissement passif à base de trackers diversifiés, vous obtiendrez un excellent rendement de votre épargne sur le long terme, en investissant progressivement. Pour le PEA-PME, la gestion est un peu plus difficile mais reste accessible à un particulier.

De même que pour l'assurance-vie, vous pouvez y consacrer environ 50 % de votre capacité d'épargne (en excluant la participation et l'intéressement comme revenus qui iront dans votre PEE). Par contre, contrairement à l'assurance-vie, les frais de courtage font qu'il est plus intéressant de faire des achats à un montant plus élevé, comme expliqué ici. Ainsi personnellement, j'investis tous les 3 mois environ 1 500 € dans mon PEA pour amortir les frais de courtage.

Et les autres supports d'investissements ?

Sans entrer dans les détails (cela fera l'objet d'un prochain article), aucun des autres supports d'investissement n'est convaincant selon moi (parmi les PEL, supers livrets, comptes-titres, assurance-décès, etc.). Ils n'apportent aucun avantage intéressant. En effet, soit la performance moyen/long terme est mauvaise, soit la fiscalité y est trop lourde, soit les 2 !

Je suis convaincu qu'avec le Livret A, le LDDS, l'assurance-vie, le PEA et éventuellement un PEE, on peut largement investir et très bien valoriser son épargne pour le court/moyen/long terme. Et même devenir rentier au bout de plusieurs années/décennies si votre capacité d'épargne est importante (plus de 1 000 € par mois).

Tous les supports d'investissements ne se valent pas

05/01/2018

PEE (Plan Epargne Entreprise), un très bon dispositif d'épargne pour les salariés

PEE ou PEG, un dispositif d'épargne à ne pas négliger

Si vous êtes salariés d'une entreprise, il est possible que vous ayez droit au dispositif PEE (Plan Epargne Entreprise) ou parfois appelé aussi PEG (Plan Epargne Groupe) dans de grandes entreprises ayant une maison mère (comme Safran, Renault, Peugeot ou Thales par exemples).

Tout comme je vous l'ai expliqué pour l'assurance-vie dans un précédent billet, le PEE est aussi un excellent dispositif d'épargne, bien trop souvent négligé et méconnu.

Présentation simple du PEE ou PEG

Ce plan d'épargne présente quelques similitudes, dans sa forme, avec l'assurance-vie dans le sens où vous détenez des parts dans des fonds investis en actions, obligations, produits monétaires ou autres (un peu comme les fonds en unité de compte). Vous ne pouvez pas acheter des actions en direct (même les actions de votre entreprise sont détenues via un fonds), et vous ne pouvez pas y déposer des liquidités (contrairement au compte espèces pour un PEA).

Le choix des fonds est généralement bien plus restreint qu'une assurance-vie et dépend fortement de votre entreprise, ainsi que du gestionnaire sous mandat (Amundi, Natixis, etc.) mais dans la majorité des cas, vous trouverez généralement des fonds :
  • Monétaires : sans risque, mais aussi avec un rendement très faible voire en ce moment négatif vu les taux d'intérêt extrêmement bas.
  • Obligataires : dont le risque et le rendement dépendent de la qualité des emprunts (une obligation est un emprunt contracté par un état, un organisme ou une entreprise, et vous êtes rémunérés selon les intérêts de cet emprunt).
  • Actions : bien souvent, il y a un fonds dédié aux actions de l'entreprise pour laquelle vous travaillez. Mais vous pouvez parfois trouver des fonds investis en actions françaises, européennes ou mondiales.
  • Mixtes : un mixte de ce qui précède !
A ce jour, je n'ai jamais vu de PEE proposant des fonds investis dans l'immobilier.

L'argent investi dans le PEE est généralement bloqué pendant 5 ans, mais il existe plusieurs événements particuliers permettant un déblocage anticipé :
  • Mariage ou PACS ou divorce
  • Acquisition de la résidence principale ou agrandissement de celle-ci
  • Naissance ou adoption à partir du troisième enfant
  • Fin du contrat de travail
  • Création ou reprise d'une entreprise
La fiscalité est aussi très avantageuse comme le PEA et l'assurance-vie. Les plus-values ne subissent que les prélèvements sociaux (taux à 17,2 % à ce jour).

Quels sont les avantages et inconvénients du PEE ou PEG ?

Avantages et inconvénients du PEE

Le PEE présente des avantages discriminants qui sont les suivants :
  • Vous pouvez y investir votre participation et intéressement (généralement votre entreprise vous donne le choix de le faire, ou alors de les toucher lors du prochain salaire mais c'est moins avantageux). En faisant cela, vous ne paierez aucun impôt sur les revenus sur votre participation et intéressement ! En fonction de votre tranche d'imposition, cela peut représenter un gain conséquent (jusqu'à 41 %).
  • L'intéressement et/ou la participation investie dans votre PEE est très souvent abondée par l'entreprise. Cela signifie que votre entreprise peut ajouter un certain pourcentage (parfois allant de 50 à 100 %) pour vous inciter à le faire. Ainsi, l'abondement et l'absence d'imposition sur les revenus vous permet très rapidement de générer des gains très importants sur votre participation et intéressement.
  • La participation et l'intéressement ne subissent que 8 % de prélèvements sociaux contre 17,2 % aujourd'hui. Par contre, évidemment, les plus-values générées par la suite devront s'affranchir du taux habituel.
  • Les frais d'arbitrage entre les fonds sont gratuits, généralement offerts par l'entreprise. C'est souvent oublié par les salariés mais c'est un bel avantage, surtout si vous savez bien répartir votre épargne entre les différents fonds. 
  • Les frais de gestion des fonds sont généralement très bas, comme ceux d'une assurance-vie chez une banque en ligne.
  • Le PEE permet de profiter de certaines offres d'actionnariat salariés où vous pouvez acheter des actions de votre entreprise moins chères que sur le marché. Cela dépend des offres de votre entreprise, mais bien souvent, vous pouvez avoir des décotes de plusieurs dizaines de pourcents par rapport au prix du marché, c'est loin d'être négligeable.
Quant aux inconvénients, le seul vraiment gênant est selon moi le manque de choix parmi les fonds proposés. Dans un futur billet, je vous présenterai une méthode simple pour gérer efficacement votre PEE sans y passer énormément de temps.

Enfin, il existe aussi un autre dispositif d'épargne dans certaines entreprises, appelé le PERCO, qui se débloque au moment de la retraite (sauf exceptions très particulières). Je vous en reparlerai une prochaine fois.

En conclusion, sauf si vous avez besoin de liquidités rapidement, il faut investir votre intéressement et participation dans votre PEE pour profiter de tous ces avantages fiscaux, que vous ne pourrez pas reproduire ailleurs. Et il faut savoir gérer son PEE comme on gère son assurance-vie. Cela ne demande pas beaucoup de temps, et cela peut vous rapporter énormément sur le long terme.