09/01/2018

Comment répartir son épargne entre les différents supports d'investissements ?

Apprenez à optimiser la répartition de votre épargne

Difficile de s'y retrouver parmi les nombreux livrets et supports d'investissements, et encore plus difficile de bien répartir son épargne parmi ces possibilités. Je vous donne ici quelques pistes de réflexion et astuces pour apprendre à mieux gérer votre épargne.

Quelles sont vos dépenses mensuelles et votre capacité d'épargne ?

Tout d'abord, la première question à se poser est de mesurer combien vous dépensez par mois, en tenant compte de tout. Le mieux pour cela est de faire un suivi précis de vos dépenses à l'aide soit d'une application, d'une extraction de ses comptes en format Excel ou tout simplement en notant régulièrement sur un bloc-notes ou un smartphone. L'idéal est de le faire sur un an pour bien prendre en compte toutes les dépenses exceptionnelles (impôts, régularisation énergie, assurances, etc.).

Ensuite, en comparant par rapport à vos revenus, vous en déduirez votre capacité d'épargne, c'est-à-dire le montant que vous pouvez mettre en épargne. Si vous ne pouvez pas mettre plus de 50 € par mois en moyenne, alors je pense qu'il est encore un peu tôt pour penser à répartir son épargne sur de nombreux supports d'investissements. Si vous souhaitez épargner pour l'avenir, il faut déjà commencer à maitriser ses dépenses pour pouvoir épargner au moins 50 € par mois.

Livrets A et LDDS : réserve de liquidités pour les aléas et vos dépenses court/moyen terme

Les avantages de ces livrets sont qu'ils sont totalement défiscalisés et l'argent logé est disponible à tout moment. Une règle un peu brutale consiste à avoir sur les livrets de quoi couvrir environ 6 mois de dépenses. Bien entendu, c'est à moduler en fonction de votre situation professionnelle (stabilité, risques de perte d'emploi, etc.) et aussi des dépenses exceptionnelles qui risquent d'arriver sur le court terme (moins de 2 ans) comme l'achat d'une voiture ou des travaux importants.

Personnellement, mon ménage dépense environ 6 000 € par mois. Avec deux livrets A (un pour ma conjointe et un pour moi-même), nous avons entre 30 000 et 40 000 € sur nos livrets en fonction de nos besoins court et moyen terme.

PEE/PEG et PERCO : plan d'épargne pour salariés à utiliser pour l'intéressement et la participation

Comme je vous en parlais dans cet article, le Plan d'Epargne Entreprise (et aussi le PERCO pour celles et ceux qui ont le droit) est un excellent support d'investissement à utiliser sans hésiter pour placer son intéressement et sa participation, afin de bénéficier d'exonération d'impôts sur les revenus et aussi des abondements de l'entreprise. Autrement, je pense qu'il ne présente pas plus d'avantages qu'un PEA et une assurance-vie, deux supports complémentaires largement suffisants.

Assurance-vie : une épargne régulière et diversifiée, investie sur le long terme

L'assurance-vie est généralement le premier support d'épargne utilisé par les français. Ses principaux avantages sont sa fiscalité douce après 8 ans ainsi que sa fiscalité pour les héritages. De plus, l'assurance-vie permet d'investir sur des produits très variés, comme je vous le décris dans ce billet.

Sans compter l'intéressement et la participation, vous pouvez consacrer à votre assurance-vie environ 50 % de votre capacité d'épargne. Dans mon cas personnel, mon ménage épargne tous les mois 500 € sur une assurance-vie. Cela permet ainsi de lisser les aléas du marché et d'éviter d'acheter au plus haut.

PEA et PEA-PME : une épargne dynamique pour prendre des risques sur le long terme

Le principal avantage du PEA (et aussi du PEA-PME) est sa fiscalité très avantageuse. En adoptant une stratégie d'investissement passif à base de trackers diversifiés, vous obtiendrez un excellent rendement de votre épargne sur le long terme, en investissant progressivement. Pour le PEA-PME, la gestion est un peu plus difficile mais reste accessible à un particulier.

De même que pour l'assurance-vie, vous pouvez y consacrer environ 50 % de votre capacité d'épargne (en excluant la participation et l'intéressement comme revenus qui iront dans votre PEE). Par contre, contrairement à l'assurance-vie, les frais de courtage font qu'il est plus intéressant de faire des achats à un montant plus élevé, comme expliqué ici. Ainsi personnellement, j'investis tous les 3 mois environ 1 500 € dans mon PEA pour amortir les frais de courtage.

Et les autres supports d'investissements ?

Sans entrer dans les détails (cela fera l'objet d'un prochain article), aucun des autres supports d'investissement n'est convaincant selon moi (parmi les PEL, supers livrets, comptes-titres, assurance-décès, etc.). Ils n'apportent aucun avantage intéressant. En effet, soit la performance moyen/long terme est mauvaise, soit la fiscalité y est trop lourde, soit les 2 !

Je suis convaincu qu'avec le Livret A, le LDDS, l'assurance-vie, le PEA et éventuellement un PEE, on peut largement investir et très bien valoriser son épargne pour le court/moyen/long terme. Et même devenir rentier au bout de plusieurs années/décennies si votre capacité d'épargne est importante (plus de 1 000 € par mois).

Tous les supports d'investissements ne se valent pas

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire