10/05/2018

Comment investir dans la Française des Jeux et les entreprises privées de radars routiers ?

La Française des Jeux ne serait pas forcément un bon investissement

Avec les récentes rumeurs autour d'une privatisation de la Française des Jeux, de nombreux investisseurs se demandent s'il est possible d'investir dans cette société très rentable dont le modèle économique est statistiquement gagnant sur le long terme. De même, face à l'arrivée de sociétés privées pour contrôler les infractions routières, des investisseurs sont tentés de parier sur ces entreprises, a priori, très rentable et génératrice de cash important.

Aujourd'hui, il est impossible d'investir dans la Française des Jeux, ni dans les sociétés privées de radars routiers. En effet, leur capital n'est pas ouvert et n'est pas côté en bourse. De plus, à ma connaissance, aucune entreprise possède un business plus ou moins corrélé avec ce genre d'entreprises très particulières.

Si un jour, l'Etat décide de céder ses parts dans la Française des Jeux, il pourrait choisir de les vendre sur le marché boursier ou à des investisseurs institutionnels. Dans le premier cas, les particuliers pourraient alors acheter des actions de la Française des Jeux. Ce n'est pour le moment qu'une possibilité, rien n'est confirmé et cette décision peut prendre encore quelques années à se concrétiser.

Quant aux entreprises qui nous flashent sur les routes, à ma connaissance, aucune n'a l'intention de mettre son capital sur les marchés financiers et il est peu probable que cela soit le cas. En effet, s'introduire en bourse engendre un coût important et cela se fait généralement pour accompagner une future forte croissance durable et long terme. Ce n'est pas forcément le cas de ces entreprises très spécifiques.

Est-ce forcément un bon plan d'investir dans ces sociétés ?

Pourquoi les investisseurs particuliers sont friands de ces entreprises ? Parce qu'elles ont une réputation de forte rentabilité et de solidité financière grâce à leur modèle économique très particulier. En effet, les jeux de hasard sont toujours gagnants, statistiquement, pour le créateur du jeu. Quant aux infractions routières, elles ne sont pas prêtes de disparaitre. Mais objectivement et financièrement parlant, est-ce vraiment une bonne affaire ?

S'il est vrai que la Française des Jeux a annoncé des bénéfices records à de nombreuses reprises, son bénéfice net aux alentours de 160 millions d'euros ne représentent qu'un peu plus de 1 % de son chiffre d'affaires. On est donc à un niveau de rentabilité très faible comparé à d'autres entreprises.

Quant aux entreprises de contrôle d'infractions routières, il n'y a pas encore de données sufissament consolidées et significatives qui démontrent une rentabilité durable et sans risque. De plus, avec la démocratisation à venir des véhicules autonomes dans les prochaines décennies, il est fort probable que le nombre d'infraction routière diminue fortement. Aussi, il ne faut pas oublier que l'argent obtenu à travers les amendes sert en majeure partie à financer les travaux de l'Etat et non les entreprises qui vous flashent.

Enfin, dans ce genre d'introduction en bourse de nouvelles entreprises qui ont la côte auprès du public, la médiatisation autour fait souvent gonfler les prix de l'action un peu artificiellement. N'oubliez pas qu'une entreprise a beau être merveilleuse, elle a toujours une certaine valeur et cela ne veut pas dire qu'il faut l'acheter à n'importe quel prix. Je termine donc par cette citation de Warren Buffet : le prix est ce que vous payez, la valeur est ce que vous obtenez. A méditer.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire