mardi 17 octobre 2017

Que signifie le prix d'une action ?

Une action Carrefour coûte aujourd'hui environ 17 € contre 83 € pour une action Renault. Est-ce que cela signifie quelque chose ? Hé bien, juste avec ces informations, cela ne signifie absolument rien !

Même si tout le monde commente les prix des actions, à eux seuls, ils ne veulent rien dire. Pour avoir une idée plus précise de la valeur d'une action, il faut au moins multiplier ce prix par le nombre d'actions qui composent l'entreprise pour obtenir la capitalisation boursière.

Citation d'Oscar Wilde

La capitalisation boursière représente la valeur totale que le marché accorde à l'entreprise. En analyse financière, c'est cette valeur que l'on va comparer avec d'autres indicateurs financiers. Par exemple, on peut comparer la capitalisation boursière avec les bénéfices nets de l'entreprise. On obtient alors un des ratios les plus connus en finance : le PER ou Price-earning ratio ou rapport cours sur bénéfice en français. Un PER élevé signifie que l'action est chère par rapport à ses bénéfices actuels, cette survalorisation étant certainement justifiée par une forte croissance des profits à venir (selon les attentes du marché). Le principal défaut du PER est qu'il ne tient pas compte de la situation financière de l'entreprise (endettement, trésorerie, flux financiers, etc.).

Un autre ratio financier très utilisé est le rapport entre les bénéfices distribués aux actionnaires (les dividendes) et la capitalisation boursière. Cela donne le rendement de l'action. Par exemple, une action à 10 € qui distribue chaque année 0,50 € en dividende aura un rendement de 5%.

Quel est le meilleur ratio financier pour évaluer une entreprise ?

Il n'y en a tout simplement pas. Un ratio financier ne montre qu'une facette de l'entreprise mais il est illusoire de penser qu'on puisse décrire entièrement et fidèlement une entreprise par des ratios financiers. De plus, la bourse est un marché d'anticipation. Cela est même son principe fondamental. Ainsi, les prix des actions reflètent les attentes et les prévisions des acheteurs et vendeurs. Quand une action monte fortement, c'est que le marché s'attend à de bonnes nouvelles de la part de l'entreprise. Si toutes les bonnes nouvelles sont déjà connues et qu'il n'y a plus rien à espérer, alors l'action a toute les chances de stagner ou chuter...

Difficile d'estimer la valeur d'une entreprise

Quel est l'impact d'un versement de dividende sur le prix d'une action ?

Peu de gens le savent mais quand un dividende est versé, le prix de l'action diminue de ce même montant. Concrètement, si une action cote à 100 € le 5 septembre. Puis si le dividende est détaché le soir du 5 septembre et que ce dividende représente un rendement de 3%. Alors le 6 septembre, l'action va coter, aux aléas boursiers près, 97 € et cela ne signifiera pas qu'il y a une baisse de 3% de l'action.

En effet, verser un dividende pour une entreprise revient à perdre de sa valeur pour la donner aux actionnaires. Ce n'est pas forcément appréciable pour un actionnaire. Parfois, il vaut mieux ne pas verser de dividende pour se désendetter ou investir massivement ou faire d'autres opérations financières. Certaines entreprises ne distribuent quasiment pas de dividende (Apple, Amazon, Eurofins Scientific, Iliad, etc.) mais cela ne les empêchent pas d'avoir un parcours boursier impressionnant !

Vous pouvez observer ce phénomène à chaque lendemain de détachement de dividende. C'est d'autant plus flagrant pour les actions à haut rendement. Vous verrez que sur vos plateformes boursières habituelles, la variation de l'action affichée tiendra bien compte de ce dividende.

En résumé, peu importe si une entreprise verse un gros dividende ou pas, cela est neutre pour l'actionnaire. Ce qui compte pour l'actionnaire, c'est que l'entreprise se développe et assure une rentabilité sécurisée.

Une action au format papier

Pourquoi les prix des actions sont parfois divisés ou multipliés du jour au lendemain ?

Une entreprise peut décider de diviser le nominal de ses actions, et par conséquence de multiplier le nombre d'actions composant son capital. En soi, cela n'a pas d'impact ni sur la valorisation de l'entreprise, ni sur vos portefeuilles. En effet, 1 000 000 d'actions à 50 € valent autant que 2 000 000 d'actions à 25 €. On peut aussi voir l'inverse où une entreprise multiplie le nominal de ses actions en divisant le nombre d'actions.

Ces mécanismes peuvent en dire un peu sur l'état de santé de la société... En effet, bien souvent, une division du nominal survient quand le prix de l'action est trop élevé et rend le titre peu liquide. Par exemple, en 2013, l'action Bolloré valait plus de 300 €. Beaucoup de particuliers n'osaient pas en acheter. En 2014, le nominal de l'action a été divisé par 100 pour rendre le titre plus liquide et qu'on puisse l'échanger plus facilement. L'action valait alors 3 € l'unité mais il y en avait 100 fois plus sur le marché.

Inversement, certaines actions ont tellement chuté qu'elles ne valent plus que quelques centimes. Dans ce genre de situation, bien souvent l'entreprise procède à un regroupement d'actions pour favoriser les échanges. En effet, si une action cote à 0,01 €, alors il lui faut un bond de +100% pour passer à 0,02 €, ce qui est très difficile en pratique. Ces actions qui cotent à moins d'un euro sont appelées des penny stocks et sont bien souvent très spéculatives.

lundi 9 octobre 2017

Quelques anecdotes autour du Prix Nobel d'Economie

Aujourd'hui a été décerné le Prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel (surnommé abusivement Prix Nobel de l'Economie) à l'économiste américain Richard H. Thaler.
Richard H. Thaler, prix Nobel de l'Economie 2017
Ses travaux portent sur la finance comportementale notamment comment les biais cognitifs impactent notre économie et nos prises de décision. Par exemple, Richar Thaler a popularisé le concept de nudge ou de coup de pouce qui se présente sous la forme de suggestion indirecte et qui peut sensiblement influencer la prise de décision. Un exemple typique est celui des contrats avec une option par défaut et où il faut remplir une certaine paperasse pour la désactiver. La plupart des gens ne le feront pas et préfèreront accepter l'option par défaut en se disant qu'elle est bénéfique pour eux. Autre exemple plus amusant est l'expérience d'ajouter une fausse mouche imprimée au fond des urinoirs : cela suffit à inciter les gens à bien viser et faire attention à ne pas uriner partout !

Le Prix Nobel d'Economie est un peu particulier pour 2 raisons. Tout d'abord, c'est le seul prix Nobel qui ne soit pas dans le testament d'Alfred Nobel (d'ailleurs, la légende dit qu'il haïssait cette discipline...). Il a été créé a posteriori par la Banque de Suède, une des plus anciennes banques centrales, pour favoriser la recherche en économie

De plus, le Prix Nobel d'Economie a parfois récompensé des chercheurs dont les théories étaient très différentes voire contradictoires ! C'est le cas notamment de Friedrich Hayek et Gunnar Myrdal, tous les deux récompensés en 1974 et qui proposent deux visions opposées de l'économie !

Gunnar Myrdal, prix Nobel de l'Economie 1974Friedrich Hayek, prix Nobel de l'Economie 1974

Quand je vous dis que l'économie est loin d'être une science exacte...

samedi 7 octobre 2017

Rendement et risque des placements en actions : une infographie à ne pas manquer

L'excellent site Lafinancepourtous a publié l'année dernière un article fort intéressant et toujours d'actualité sur le rendement et les risques associés aux placements en actions.

En résumé, l'article montre que :
  • Plus vous détenez longtemps vos actions et que vous réinvestissez les dividendes versés, plus vous réduisez le risque lié à la volatilité des marchés.
  • Sur les 25 dernières années, si vous aviez investi sur le CAC All-Tradable (indice regroupant la plupart des entreprises côtées sur la Bourse de Paris) alors vous auriez eu un rendement annuel de 6,6%, inflation déduite !
  • Les actions d'entreprises françaises offrent un meilleur rendement (dividendes réinvestis) sur le long terme que les obligations d'état, l'or ou le livret A.
  • Si on ne tient pas compte des dividendes versés, alors la performance des actions est plutôt médiocre. Peu de gens en ont conscience et c'est dommage car ils regardent le plus souvent les performances des actions sans tenir compte des dividendes, ce n'est donc pas pertinent. Pour rappel, le CAC 40 est aussi un indice qui ne tient pas compte des dividendes.
Tout ceci est expliqué et illustré dans la très bonne infographie ci-dessous. Merci Lafinancepourtous ! Et pour celles et ceux qui veulent investir facilement dans un PEA, je vous invite à lire ma fiche mémo très simple d'accès.

Rendement et risque des placements en bourse

vendredi 6 octobre 2017

L'histoire du village qui cherchait son chef suprême

J'ai inventé cette petite histoire qui permet de prendre du recul sur beaucoup de choses, notamment le succès fulgurant de certains investisseurs ou traders célèbres.

Un jour, un grand village de plusieurs millions d'habitants (oui, peut-on encore appeler ça un village...) cherchait à trouver un nouveau leader chef suprême. Il fallait la personne la plus merveilleuse, la plus talentueuse et la plus intelligente du village pour gouverner ces millions de personnes.

Ils décidèrent d'organiser un Grand Tournoi de pile ou face, ouvert à tous les villageois. Le jeu était très simple, il suffisait de prédire de quel côté allait tomber une pièce. Mais c'était en même temps un jeu très difficile car prédire l'avenir n'est pas donné à tout le monde.

A l'issue du premier tour, le côté pile sorta. Ainsi, suite à ce résultat, une bonne moitié des villageois participant au Grand Tournoi fût éliminée, et celles et ceux qui avaient prédit le côté pile purent continuer ce concours imparable.

Au bout de quelques dizaines de tours, il ne resta finalement que très peu de compétiteurs en lice. Puis finalement, à l'issue d'un ultime tour, un dernier compétiteur réussit à prédire le pile ou face. Cette personne avait donc réussi à prédire 27 fois d'affilée l'issue d'un pile ou face !

Elle fût sacrée chef suprême du village sans aucune réserve. Une telle prouesse ne pouvait pas être le fruit du hasard, cette personne avait certainement un don incroyable et une intelligence supérieure...

Ce qu'il faut retenir de cette histoire, c'est qu'en bourse comme dans beaucoup d'autres domaines, le facteur chance n'est pas négligeable. Beaucoup d'investisseurs et apprentis traders ont fini ruinés à cause de leurs paris risqués, et ceux-là, personne n'en parle et ils sont loin d'être les plus bavards. Par contre, on évoque très souvent celles et ceux qui ont fait fortune dans la finance en vantant leur vision et leur capacité à anticiper... Et si ce n'était que de la chance ? Car sur les millions de personnes qui se prennent pour des gourous de la finance, les statistiques sont implacables : évidemment que certaines personnes ont raison, mais peut-être plus par le facteur chance que leurs raisonnements. En effet, l'économie est loin d'être une science exacte où on peut reproduire aisément des expériences rationnelles et tester des hypothèses... Pour en savoir plus, je vous invite notamment à lire le livre de Bernard Guerrien : L'illusion économique.

Il faut aussi savoir prendre du recul sur ces propres réussites boursières : la chance y est peut-être pour quelque chose...

Le facteur chance n'est pas négligeable en bourse

lundi 2 octobre 2017

Quelques citations célèbres à connaitre quand on investit en bourse

Les facteurs psychologiques sont nombreux en bourse : biais de confirmation, conviction irrationnelle, surestimation de ses capacités, influence des médias, etc. Cela explique souvent pourquoi chaque investisseur est unique dans sa façon de gérer son portefeuille.

Lire ces quelques citations célèbres vous aidera peut-être à prendre un peu de recul sur votre profil d'investisseur.

Les marchés financiers sont remplis de gens qui connaissent les prix de toutes les choses, mais les valeurs d'aucune chose. Phillip Fisher

Combien de millionnaires connaissez-vous qui sont devenus riches en investissant leur argent dans des livrets d'épargne ? Fin de ma démonstration. Robert G. Allen

La phrase la plus dangereuse en bourse est : cette fois, c'est différent. Sir John Templeton

Les marchés haussiers naissent dans le pessimisme, grandissent dans le scepticisme, mûrissent dans l'optimisme et meurent dans l'euphorie. Sir John Templeton

Achetez seulement des choses que vous serez parfaitement heureux de posséder si le marché s'effondre pendant 10 ans. Warren Buffet

Dans la nouvelle théorie de gestion de portefeuille, il y a beaucoup de petites lettres grecques et toutes sortes de choses qui vous font croire que vous êtes en avance. Mais il n'y a pas de valeur ajoutée. Warren Buffet

Dans le monde des affaires, le rétroviseur est toujours plus clair que le pare-brise. Warren Buffet

J'essaie d'acheter les actions d'entreprises si merveilleuses qu'un idiot pourrait les gérer. Parce que tôt ou tard, cela arrivera. Warren Buffet

Les prévisions vous en disent beaucoup plus sur ceux qui les font, elles ne vous disent rien sur l'avenir. Warren Buffet

Notre horizon d'investissement préféré est pour toujours. Warren Buffet

Voyez les fluctuations du marché comme votre alliée plutôt que votre ennemie : tirez profit de la folie plutôt que d'y prendre part. Warren Buffet

Soyez avides quand les autres sont craintifs. Soyez craintifs quand les autres sont avides. Warren Buffet

Au XXème siècle, les Etats-Unis ont connu deux guerres mondiales, des conflits militaires coûteux, la Grande Dépression, une dizaine de récessions et de paniques financières, des crises pétrolières, des épidémies, et la disgrâce présidentielle. Et l’indice Dow Jones est passé de 66 à 11 497 points. Warren Buffet

Vous n’avez pas besoin d’être un génie pour réussir. L’investissement n’est pas un jeu où celui qui a 160 de QI bat celui qui a 130 de QI. Warren Buffet

Les marchés peuvent rester irrationnels aussi longtemps que les gens restent solvables. John Maynard Keynes

En échouant à vous préparer, vous vous préparez à échouer. Benjamin Franklin

La bourse gouverne le monde. Comme les bourses. José Artur
Cette dernière, c'était juste pour rire :)