27/11/2018

Les 10 règles de l'investisseur heureux

Les 10 règles de l'investisseur heureux

Investir est parfois source de stress, de déception ou d’inquiétude. Il y a pourtant quelques règles simples à respecter pour devenir un investisseur heureux. Voici les 10 règles à connaitre et à respecter tout au long de sa vie d'investisseur !
  1. N’investir que l’argent dont vous n’avez pas besoin : l’investissement doit se faire progressivement et sur le long terme. Il ne faut surtout pas sacrifier les économies dont vous avez besoin pour votre train de vie quotidien ou des dépenses court terme (à moins de 3 ans).
  2. Arrêtez de regarder les cours des actions tous les jours : les marchés financiers sont capricieux, il faut savoir être patient et ne pas céder aux humeurs de foule. Avec l’investissement passif, peu importe les aléas boursiers court terme, vous visez avant tout une performance régulière sur le long terme.
  3. Soyez passif dans vos investissements : inutile de se prendre la tête à essayer de battre le marché ou à faire mieux que les millions d’experts financiers (humains ou algorithmes). Investissez dans des trackers diversifiés pour suivre des indices larges mondiaux, et laissez travailler le temps !
  4. Réduisez au maximum les frais et la fiscalité : sur le long terme, les frais peuvent amputer significativement la performance de votre portefeuille. Donc limitez les ordres de bourse, et utilisez un PEA, PEA-PME et une assurance-vie dans une banque en ligne.
  5. Achetez et vendez progressivement : inutile d’acheter ou de vendre un grand montant sur un coup de tête ou parce que vous venez d’avoir une grande somme d’argent (héritage, vente d’un bien immobilier, etc.). Vous ne ferez pas plus de plus-values à investir tout d’un coup. Au contraire, en étalant vos versements (et aussi vos ventes), vous lisserez les aléas du marché. Vous pouvez opter pour des versements réguliers tous les mois, tous les trimestres ou tous les ans : ce sont de bons rythmes d’investissements.
  6. Réinvestissez vos dividendes : les intérêts génèrent aussi des intérêts. Il faut profiter de la puissance des intérêts composés, et donc ne pas hésiter à réinvestir les dividendes que vous versent les entreprises ou les trackers.
  7. Ne cédez pas aux folies acheteuse ou vendeuse : depuis des siècles, la bourse a été marquée par des dizaines (voire centaines) bulles spéculatives et violents krachs boursiers. Pour devenir un investisseur heureux, il faut savoir s’en détacher et continuer ses investissements progressivement et passivement.
  8. N’espérez pas faire fortune rapidement : l’argent, c’est du temps, du travail et de la chance. Vous ne pourrez pas faire fortune rapidement sans énormément de travail ou de chance. Si on vous promets monts et merveilles en peu de temps à moindre effort, c’est sans aucun doute une arnaque. Soyez vigilant car cela pullule sur Internet.
  9. Profitez de votre argent : l’argent ne vaut rien tant qu’on ne l’a pas dépensé. Donc faites-vous plaisir aussi de temps en temps ! C’est certainement une des règles les plus faciles à respecter mais parfois, quand on est la tête dans le guidon de ses investissements, on oublie l’essentiel.
  10. Continuez à vous cultiver : le monde de la finance et l’économie en générale sont tellement riches, passionnants et en constante mutation, il faut toujours continuer à se cultiver et à se renseigner. C’est aussi un plaisir de mieux comprendre ses investissements, et cela permet de se mettre à jour des nouvelles opportunités.

22/11/2018

Loi Pacte : quels changements pour les Plan d'Epargne en Actions (PEA) ?

L'Assemblée Nationale va bientôt discuter du projet de loi Pacte

La Loi Pacte (Plan d'Actions pour la Croissance et Transformation des Entreprises) est un projet de loi porté par le gouvernement d'Edouard Philippe, visant à aider les entreprises françaises pour grandir et se transformer.

De nombreuses mesures constituent ce projet de loi, dont certaines qui vont toucher directement le fonctionnement des PEA, PEA-PME et l'arrivée probable d'un nouveau PEA pour les jeunes.

Un PEA et PEA-PME plus flexible sur les retraits

Le projet de loi Pacte prévoit de faciliter les retraits d'argent sur les PEA et PEA-PME. Actuellement, entre 5 et 8 ans, tout retrait de liquidités entrainait la clôture du plan d'épargne. Demain, si la mesure est adoptée, l'épargnant pourra retirer de l'argent entre 5 et 8 ans sans que cela ferme le PEA ou le PEA-PME.

De plus, aujourd'hui, 8 ans après l'ouverture de son PEA, on peut retirer des liquidités sans fermeture associée du plan d'épargne, mais il n'est alors plus possible d'effectuer de nouveaux versements. Avec la loi Pacte, une mesure prévoit d'autoriser le versement de nouvelles liquidités sous ces mêmes conditions. Ces mesures ne sont pas révolutionnaires mais elles ont le mérite de rendre les retraits d'argent plus simples et flexibles au sein du PEA.

Un PEA-PME un peu plus attractif

Le PEA-PME n'a jamais remporté un grand succès. Afin de le rendre plus attractif, la loi Pacte prévoit d'autoriser le logement de titres participatifs et des obligations à taux fixe au sein du PEA-PME. Si cette mesure est adoptée, cela serait un grand changement positif pour le PEA-PME. En effet, le PEA-PME pourrait permettre d'investir sur des actifs avec des profils risque/rendement très intéressants et différents des actions. Reste à voir si l'offre de ces nouveaux produits financiers sera suffisamment étoffée...

Un nouveau PEA pour les jeunes de 18 à 25 ans

L'investissement en actions n'est pas très populaire en France. Pour changer la donne, le gouvernement souhaite inciter les plus jeunes à ces investissements long terme. Pour cela, la loi Pacte prévoit la création d'un PEA Jeunes destiné aux personnes de 18 à 25 ans encore rattachés fiscalement à leurs parents. Ainsi, un foyer pourra posséder plus de 2 PEA. Néanmoins, cette mesure perd tout son intérêt dans le sens où le gouvernement prévoit de limiter l'ensemble des versements vers les tous les PEA à la limite actuelle, pour éviter les effets d'aubaine pour les parents qui auraient atteint leurs plafonds de versements.

Attention, toutes ces mesures devront passer par l'Assemblée Nationale et le Sénat avant validation définitive puis mise en application dans les prochains mois. Si toutes ces mesures proposées vont dans le bon sens, personnellement, je regrette le manque d'audace dans les propositions pour réellement révolutionner l'épargne des particuliers vers les entreprises. En effet, il aurait été intéressant de permettre de loger des fonds obligataires dédiés aux entreprises (pour mieux diversifier ses placements), de rouvrir le PEA aux sociétés foncières et immobilières ou encore d'alléger les prélèvements sociaux après une longue durée de détention (plus de 8 ans par exemple). Ces mesures auraient vraiment donné un coup de fouet au PEA ! Bref, il y a encore du chemin avant de devenir un véritable pays d'investisseurs !

12/11/2018

Compte-épargne temps : un excellent placement méconnu

Le temps, c'est de l'argent !

Si vous êtes salarié et que vous pouvez bénéficier d’un dispositif de compte-épargne temps (souvent appelé CET), vous avez certainement grand intérêt à en profiter.

En effet, ce dispositif est encore trop peu connu mais il permet de se constituer une épargne avec un très bon rendement et sans risque. Le principe est plutôt simple : vous placez des jours de congés ou des jours de RTT dans ce compte-épargne au lieu de les utiliser, cela vous fera un peu moins de vacances dans l’année mais ces jours placés seront ensuite valorisés en argent.

Une valorisation des jours placés sur la base du salaire de sortie

Le principal avantage du compte-épargne temps est que ces jours investis sont valorisés au salaire de sortie. Ainsi, si vous placez l’équivalent d’un jour de salaire aujourd’hui, au moment où vous le sortirez, vous gagnerez au moins l’équivalent de toutes vos augmentations comme plus-values. Dans la plupart des grandes entreprises françaises, vous pouvez espérer une augmentation au moins égale à l’inflation. Et si vous comptez avoir quelques promotions dans votre parcours professionnel, alors vous pouvez gagner beaucoup sur le long terme.

Au-delà de ce rendement basé sur vos augmentations, souvent l’entreprise met en place des dispositifs d’abondement ou de bonus (notamment si le compte épargne temps est liquidé proche de la retraite). Il n'est pas rare d'avoir des abondements allant jusqu'à 50 % sous certaines conditions, offrant ainsi une plus-value assurée que vous aurez du mal à trouver ailleurs.

Possibilité de transfert sur le PEE ou PERCO pour éviter l'impôt sur les revenus

Il est souvent possible de transférer les jours accumulés dans son CET vers le PEE (Plan Epargne Entreprise) ou le PERCO (Plan Epargne Retraite COllectif) suivant les mêmes règles de valorisation. Le principal avantage de ce mécanisme est que l'argent issu de la clôture du PEE ou PERCO n'est pas soumis à l'impôt sur les revenus. Je vous rappelle qu'il existe de nombreux cas possibles pour débloquer de manière anticipée son PEE (naissance du troisième enfant, achat ou agrandissement de sa résidence principale, cessation du contrat de travail, etc.) et aussi pour le PERCO même si ce dispositif est plus rigide (achat de sa résidence principale ou expiration des droits au chômage).

En résumé, si vous pouvez vous passer de quelques jours de congés, le compte-épargne temps possède un couple risque/rendement très intéressant, et c'est un excellent moyen d’épargner sur le long terme en complément des investissements classiques. Ce dispositif reste malheureusement encore trop peu connu...